distance n’??tait pas la m??me chose que frapper une tasse bris??e sur la poign??e.

La fissure a montré le pire. Je me dirigeais. Il a essayé de le réparer, mais la distance n’était pas la même chose que frapper une tasse brisée sur la poignée.

Le froid s’est infiltré à travers les mailles du filet, et la douleur.

Tears sauta de la mémoire battues yeux, barbouillé de la douleur.

Les cris, plein d’arêtes, ont été fixés sur eux comme un spectacle couteau spectacle. La queue, l’harmonie, était sèche. brosses dures.

Le silence se séparer les pertes que la recherche des naufragés bouche.

Sa peur d’autre crainte et a couru à l’autre surprise, la pensée folle ce qui se passerait si elles étaient. Seules des mesures de garder son calme.

Elle était perdue. Il a également dégagé des routes avaient détruit les ponts. Sans toucher ou de mourir d’amour semble amaigri, souffrant de malnutrition.

Avec ses chaussures de canne et de vieux, la distance parcourue, comme il pouvait de l’épave d’une vie qui n’était qu’une dense, l’odeur douceâtre de la pourriture.

Comme il l’a fait, il a été l’abandon de leurs poches, pour tomber sur le sol, des sourires, des nouveau-nés semblent rêver. Pourtant, pour eux, il y avait toujours de l’espoir si l’exécution d’atteindre la première finale à ce stade

Oviedo 16 Janvier 2011

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s